Hébergement d’urgence : les associations demandent à la préfète une réunion de toutes les parties concernées

A l’approche de la période hivernale, treize associations d’Indre-et-Loire, dont Entraide et Solidarités, ont décidé d’adresser le 23 septembre une lettre à la préfète, avec copies aux parlementaires, au président du Conseil départemental, au président de la Métropole et au maire de Tours. Ce courrier fait état du manque de places d’hébergement d’urgence, en précisant : « …Nous constatons encore actuellement que seize enfants et dix-sept adultes, dont deux femmes enceintes, dorment à nos portes tous les soirs dans la rue. Le 115 est saturé (90 refus certains soirs), la Croix Rouge, faute de local adapté, ne va plus pouvoir prendre en charge la domiciliation, les bénévoles mobilisés depuis des mois sont épuisés, le travail d’intégration et d’accompagnement n’est plus possible : il est urgent de rassembler toutes les structures publiques et associatives qui interviennent d’une manière ou d’une autre pour laccueil des personnes.

L’Indre-et-Loire a été choisie comme territoire pilote dans la mise en place du plan pauvreté, initiative nationale. C’est une opportunité que nous aimerions collectivement saisir, pour imaginer ensemble des solutions innovantes et constructives afin de ne plus voir hommes, femmes et enfants dans la rue… »

Dans ce but, les signataires demandent à la représentante de l’Etat de «  réunir l’ensemble des responsables concernés… pour trouver ensemble les voies et moyens de faire cesser cette situation inacceptable. Nos associations prendront naturellement leur part à cette action commune… ».