Chinon: 10 ans d’une épicerie solidaire…et bien plus que ça !

C’est en effet en janvier 2012 qu’Entraide et Solidarités a ouvert les portes de l’Embarcadère, le nom donné à l’épicerie solidaire créée à Chinon, et qui reste la seule gérée par notre association. André Ledoux présidait ce qui était encore l’Entr’Aide Ouvrière, et Laurent Chantreau dirigeait l’antenne de Chinon ouverte en 1994. Dix ans plus tard, l’Embarcadère a tellement fait la preuve de son utilité – hélas – qu’il fallait marquer cet anniversaire. Le nouveau responsable de l’antenne, Franck Sémard, la présidente d’Entraide et Solidarités Marie-Paul Legras-Froment et la directrice générale Christelle Dehghani, auraient aimé le faire sous la forme d’une rencontre chaleureuse entre tous ceux qui ont contribué à cette réalisation, ceux qui la font vivre aujourd’hui, et les bénéficiaires qui en sont la raison d’être. La crise sanitaire étant passée par là, c’est en visioconférence qu’ils se sont « retrouvés » jeudi 20 janvier.

Et malgré ces conditions difficiles, c’est un moment presque convivial et parfois émouvant qui a permis à plusieurs dizaines de personnes de partager souvenirs, témoignages et projets. Laurent Chantreau, Solène Perrin-Body, Christophe Guilmet et Florence Delépine ont rappelé la « sacrée aventure » que fut ce projet du Collectif de lutte contre la pauvreté en Chinonais, en « présence » de représentants de la Banque alimentaire (Dominique Cochard), du FLES (Bruno Souloy, Nathalie Bonsigne), du CLAAS (Franck Hennebel, Pascale Fraigneau), de Léopold-Bellan (Emmanuelle Laurent) de la Maison départementale de la Solidarité (Grégory Mortier) et du Super U (Stéphane Guillou), partenaires historiques. Franck Sémard a présenté un bilan matériel qui fait état de 9 800 passages en caisse pour 120 tonnes de marchandises, les 200 000€ d’achats pour 53 000€ de ventes qui ont donc permis à des dizaines de familles d’économiser 147 000€, mais aussi des 600 ateliers, animations ou sorties.

Car tout le monde l’a souligné, l’originalité de l’Embarcadère est l’accompagnement social assuré aujourd’hui par Florence Delépine, et les multiples animations destinées à faire qu’au-delà de l’alimentaire, les bénéficiaires « restent ou redeviennent des citoyens acteurs de leur vie ».  La crise sanitaire a freiné les activités, mais elles reprennent et l’épicerie n’a jamais été fermée. Tout cela n’a été possible que grâce aux dizaines de bénévoles, bien représentés lors de cette soirée autour d’Annick Morice, et qui ont eu « une pensée affectueuse » pour Jean-Noël Rouet.

Le financement de l’épicerie solidaire est toujours insuffisant, mais Pierre-Alain Roiron, conseiller régional présent pour l’occasion, qui a qualifié le travail de l’Embarcadère d’exemplaire et le rôle des associations de « déterminant » face à la crise, appuiera notre demande d’un emploi Cap’asso pour les trois ans qui viennent. Ce serait un atout essentiel pour le plan d’action qui prévoit « d’aller encore plus » vers les personnes accompagnées.

En attendant, le programme de ce dixième anniversaire passera par plusieurs événements dans les mois qui viennent, à commencer par des « portes ouvertes » le 23 février prochain.

Un atelier collectif pour les bénéficiaires, autour des produits d’entretien, avec des bénévoles