De la pauvreté à la sous-alimentation

Il y a quelques temps, le Secours Populaire publiait son douzième baromètre annuel et constatait que la pauvreté alimentaire s’enracinait en France et « appellait  à rentrer en résistance contre ce fléau ». D’après cette association, un peu plus du 1/5ème des Français ont du mal à se nourrir quotidiennement. Les foyers modestes et les mères seules sont les plus touchés. Un Français sur deux, dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1200€, n’est pas en mesure de s’offrir une alimentation variée et faire 3 repas par jour.

L’alimentation est devenue la variable d’ajustement du budget du foyer. On paie d’abord le loyer puis les charges, et ensuite on pense à l’alimentation, on se débrouille !

Alors pas étonnant de sentir la révolte qui gronde et de voir nos ronds points occupés. En fait la vraie question « n’est pas de savoir pourquoi les gens se révoltent, mais pourquoi ils ne se révoltent pas » (Wilhelm Reich).

Dans le même temps, 5 agences des Nations Unies*, publient un rapport alarmant : les caprices du climat font augmenter la faim dans le monde. Depuis 3 ans, le nombre de personnes en manque chronique de nourriture a grimpé alors qu’il avait tendance à reculer auparavant. Il a retrouvé son niveau d’il y a 10 ans ! En cause, les pics de température et les aléas climatiques comme les inondations ou la sécheresse.

L’Afrique est le continent le plus touché avec 21% de sa population en état de sous-alimentation, 11,4% en Asie, 6,1% en Amérique latine, 7% en Océanie et moins de 2% en Amérique du Nord et en Europe.

En Europe, l’Albanie et la Serbie ont plus faim que les autres : 5,5% de sous-alimentés. En Amérique du Sud et en Amérique Centrale la situation se détériore au Venezuela, au Nicaragua au Guatemala et au Salvator.

La crise alimentaire la plus aiguë est celle d’un pays en guerre : le Yémen où 35% de la population est sous alimentée.

D’après ce rapport, l’analyse de « la variabilité du climat et les extrèmes climatiques » sont désignés comme « facteurs essentiels de la récente recrudescence de la faim dans le monde ».

 

* Les 5 agences des Nation Unies : FIDA (Fonds international de développement agricole), UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance), PAM (Programme alimentaire mondial), OMS (Organisation mondiale de la santé) et FAO (Organisation des Nation Unies pour l’alimentation et l’agricultur).

 

Pierre Trinson