Municipales à Chinon : réponses de candidats

Municipales à Chinon : réponses de candidats

En février, Entraide et Solidarités a soumis aux quatre candidats à la mairie de Chinon, et donc à la Communauté de communes, un questionnaire sur leurs engagements dans les domaines qui concernent l’association : «…Nous pensons particulièrement à l’appui important reçu par «l’Embarcadère», notre épicerie solidaire, et à l’usage de la clause sociale» dans les marchés publics de la Ville et des organismes qui lui sont liés. L’incidence sur les chantiers d’insertion en est importante. Nous souhaitons également recevoir votre approche sur l’amélioration des locaux d’hébergement d’urgence, actuellement très dégradés, et sur la lutte contre «l’habitat indigne» qui frappe surtout les personnes en difficulté… »

A l’écoute de tout ce qui dans votre programme et dans les idées que vous défendez conforterait la réinsertion sociale et la lutte contre la précarité, nous vous remercions vivement par avance de vos réponses…».

Trois d’entre eux nous ont répondu. Voici, par ordre alphabétique, l’intégralité de leurs réponses.

Laurent BAUMEL, liste « Chinon c’est Vous » :

« Je tiens tout d’abord à vous assurer de l’intérêt que nous portons à vos actions. L’engagement même de nos colistiers dans la vie municipale est dicté par la volonté d’inscrire dans la réalité les valeurs d’égalité et de solidarité. Nous considérons que le rôle d’une municipalité est de se positionner en soutien des associations et des bénévoles qui oeuvrent au quotidien pour apporter aux habitants des possibilités d’épanouissement et d’intégration dans la société. Nous voyons clairement une association telle que la vôtre comme dépositaire d’une mission de service public justifiant le soutien moral et financier de la collectivité. Tout d’abord nous réactiverons une commission sociale municipale à Chinon qui ne s’est pas réunie depuis de trop nombreuses années afin de mieux analyser, en termes de proximité, les besoins réels du domaine social pour les porter avec pertinence au sein de la communauté de communes Chinon Vienne et Loire qui est compétente sur ce domaine. Cette commission sera ouverte aux partenaires sociaux dont vous faites bien évidemment partie. Pour répondre de façon plus précise à vos différentes questions : 1) Nous maintiendrons et renforcerons, si nécessaire, les aides apportées pour le financement de votre épicerie solidaire et de votre parc de logements. 2) Nous veillerons en effet au bon usage de la « clause sociale » dans les marchés publics de la ville et de la communauté. Conscients de notre rôle potentiel dans la facilitation des parcours d’insertion, nous étudierons également la possibilité d’organiser nos marchés pour accroître le recours à ces formes de travail. 3) Nous vous aiderons à améliorer la capacité de vos hébergements d’urgence à répondre aux besoins réels des publics que vous prenez en charge en menant à vos côtés, si nécessaire, la discussion avec Val Touraine Habitat sur l’affectation de ses logements vacants. Naturellement, toutes ces questions feront l’objet de discussions plus approfondies si nous sommes élus et seront étayées par les données dont nous pourrons alors disposer.»

Fabienne COLBOC, liste « Vivre Chinon » :

« …Vos précautions et votre action sont d’autant plus légitimes que la Nouvelle République a publié récemment une infographie sur la pauvreté dans notre département ; 16% des Chinonais vivent ainsi en dessous du seuil de pauvreté.
Votre activité d’insertion sociale, économique et culturelle est rendue possible grâce au soutien financier de la Communauté de communes Chinon Vienne et Loire et ceux d’autres acteurs Nous vous assurons que le soutien, de tout ordre, apporté par la ville de Chinon perdurera dans le temps si les chinonais nous apportent leur confiance. De plus, nous porterons vos projets devant toutes les instances susceptibles de vous apporter une aide financière afin de faire connaitre vos besoins, notamment dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté.
Dans votre courrier, vous faites référence à l’Embarcadère, épicerie solidaire que vous animez. Sur ce sujet, une fois de plus, nous désirons perpétuer l’aide et le soutien de la communauté de communes et de la ville de Chinon. De plus, nous avons pour projet la mise en place de « Frigos solidaires » dans la ville. Le concept est simple : un particulier, un commerçant ou une association décide de mettre en place un réfrigérateur que chacun peut approvisionner et utiliser selon ses besoins et selon des règles communes. Le gérant du réfrigérateur s’engage à veiller au bon fonctionnement de ce dernier. Cette idée est à façonner selon les dispositions de la ville de Chinon. Elle pourra éventuellement vous séduire et augmenter l’étendue de vos actions. Nous serons alors à votre disposition pour discuter et aménager cette idée à vos côtés.
L’Embarcadère a aussi pour fonction d’être un lieu de convivialité et d’animation culturelle. Et en ce sens, nous pensons que la mairie peut jouer un rôle pour animer des temps d’échanges sur divers sujets. Elle pourrait aussi, selon les besoins, présenter des dispositifs, des aides, dont certaines personnes sont éligibles sans même le savoir.
Dans le Chinonais, votre action porte aussi sur l’aide aux femmes victimes de violence. Je m’investis sur ce sujet en tant que députée, en travaillant notamment avec Madame la Secrétaire d’État chargée de l’Egalite entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa sur le grenelle des violences faites aux femmes. Ainsi des avancées comme la signature d’une convention pour le transport des victimes de violence, permettant aux femmes en milieu rural de disposer de taxi, ont émergé. En ce sens, nous avons pour projet de créer sur Chinon un lieu d’accueil, d’écoute et d’orientation dédié aux femmes.

De même, vous travaillez sur la formation, en dispensant des formations des savoirs de base notamment afin de favoriser une meilleure intégration sociale et professionnelle, ces compétences clés permettent de poursuivre des études, de trouver ou garder un emploi pour les publics concernés et notamment ceux des migrants.
Pour les écoliers, notre souhait est de les accompagner au mieux en leur fournissant un « trousseau » comportant les instruments nécessaires à leur apprentissage. Nous pourrions sans doute imaginer un « trousseau » similaire pour les personnes que vous suivez.
Votre accompagnement vers le logement, de personnes en situation précaire, est une nécessité. Sans logement, il est difficile de penser son avenir. Les objectifs du plan Logement d’abord sont de recentrer l’hébergement sur des missions d’accueil temporaire et de développer l’offre de logements adaptés. Il faut que l’on soit capable de mieux maîtriser la gestion du parc d’hébergement, tout comme son financement et à accroitre les débouchés vers un logement pérenne. Ainsi, ce dispositif est à développer, à pérenniser, en lien avec l’étroite collaboration avec le CIAS.
Le Centre Intercommunalité d’Action Sociale est l’instrument de la politique sociale des élus locaux. Il est doté de compétences en matière de développement social. Les centres communaux d’action sociale sont dotés de compétences en matière de développement social et de prévention. Cela doit servir de lien avec les associations d’insertion, pour un partenariat efficace au service de la population.
Nous sommes conscients de l’existence de la « clause sociale » dans les marchés publics de la ville et des organismes qui lui sont liés. Nous connaissons les difficultés qui sont les vôtres et les incidences sur les chantiers d’insertion. Les commanditaires oublient souvent de spécifier et de réserver un lot de l’appel d’offre dédié au chantier d’insertion. Nous voulons réparer cela. De plus, les entreprises répondent parfois aux l’appels d’offres sans spécifier ou sans réserver une partie des travaux aux chantiers d’insertion, non pas par mauvaise volonté, mais souvent par méconnaissance de la loi. Ainsi, nous voulons mener un travail de pédagogie afin de faire connaitre auprès des acteurs concernés l’existence de cette « clause sociale », et permettre aux personnes qui en ont besoin de disposer de ce moyen d’insertion.
Forte de mon expérience de 10 années dans le domaine du social, je mènerai une politique sociale engagée. La municipalité et l’intercommunalité doivent porter des actions innovantes complémentaires à l’État et au département tout en facilitant au mieux celles initiées par des associations comme la vôtre. »

Jean-Luc DUPONT, liste « Union pour Chinon » :

«…Dans la continuité de ce que nous avons bâti dans le mandat qui s’achève, je vous confirme que j’ai l’intention de poursuivre nos coopérations.

En effet, avec le CIAS, nous allons engager une programme pluriannuel de rénovation des logements d’urgence localisés sur Chinon pour en améliorer le confort. Je tiens malgré tout à souligner leur existence car aujourd’hui peu de territoires en sont dotés !

Concernant l’accompagnement des femmes victimes de violence, nous souhaitons poursuivre le travail que nous menons ensemble pour les héberger dans la Résidence des Charmes afin de les extraire de leur milieu violent et depouvoir les protéger.

Pour le travail d’insertion, je tiens à rappeler la convention qui lie votre structure et le Syndicat Intercommunal d’Energies d’Indre-et-Loire (SIEIL), que je préside, pour la réhabilitation des postes de transformation (montant annuel de 50 000€) !

Les clauses sociales sont déjà instaurées dans les marchés publics de la ville ou de la communauté et nous avons la volonté de les faire jouer au maximum même si leur mise en oeuvre concrète est complexe.

Vous évoquez l’épicerie sociale « L’Embarcadère » et je vous confirme que nous avons l’intention de poursuivre, à l’échelon communautaire, l’aide que nous lui apportons afin d’aider les plus démunis. Dans le cadre de l’avenant à la convention « Coeur de Ville » que nous venons de signer avec l’Etat ainsi que dans le Plan local de l’Habitat de la CCCVL, il y a un dispositif très important au travers d’une OPAH RU pour lutter contre l’habitat indigne et remettre sur le marché locatif des logements réhabilités at à bon marché !…»