Trésorier d’Entraide et Solidarités, Jean-Noël Rouet est décédé

Trésorier d’Entraide et Solidarités, Jean-Noël Rouet est décédé

Sa santé s’était gravement dégradée ces derniers mois, il n’en faisait pas mystère au sein même de notre association : Jean-Noël Rouet nous a quittés samedi 13 juin, à l’âge de 74 ans. Retraité à Chinon, il était depuis 2012 bénévole auprès de notre antenne locale et particulièrement à l’épicerie solidaire l’Embarcadère. Ses compétences dans le domaine bancaire l’amenaient notamment à aider les bénéficiaires de l’épicerie à résoudre leurs difficultés financières. Dès l’année suivante, il entrait au conseil d’administration, puis en 2016 au bureau de l’association, en qualité de trésorier. Assidu et attentif, il coordonnait également l’élaboration et le suivi du Plan stratégique d’Entraide et Solidarités.

La disparition de Jean-Noël est ressentie non seulement avec douleur par les membres de l’association, mais aussi comme la perte d’un précieux bénévole. En effet, sa riche expérience professionnelle dans le monde de la banque, en France et en Afrique, à un haut niveau de responsabilité, en faisait un conseiller avisé. A ce titre, il n’est pas pour rien dans la bonne santé financière de l’association. Sa clairvoyance, sa pondération, son souci de l’avenir lui valaient d’être reconnu comme un sage dans nos instances dirigeantes. Mais Jean-Noël alliait aussi une élégance, un goût de la convivialité et un humour qui lui ont valu de solides amitiés. Il nous manquera beaucoup.

Les obsèques de Jean-Noël Rouet se sont déroulées le 19 juin au crématorium de Savigny-en-Véron. La présidente Marie-Paul Legras-Froment y a notamment souligné « la justesse de ses points de vue toujours exposés avec concision, équilibre et fermeté et une capacité d’écoute hors du commun ». Et elle concluait : « Tu nous laisses devant mille luttes à mener afin de faire reculer toutes les formes de l’exclusion. Merci Jean-Noël pour ce bout de route parcouru avec toi, merci pour tout ce que tu as apporté. Dans quelque temps, nous planterons un olivier, symbole de vie,  dans le jardin de la rue Labussière ».